Lycée Saint-Thomas d'Aquin Flers

Des lieux de vie adaptés et agréables
Bien vivre ensemble pour bien apprendre
Un cadre de vie agréable
Au coeur de nos projets pédagogiques !
Des pratiques innovantes
 
 

Des lieux de vie adaptés et agréables

Bien vivre ensemble pour bien apprendre

Un cadre de vie agréable

Au coeur de nos projets pédagogiques !

Des pratiques innovantes

Prix Bayeux. Steven Gallet. T.BPV.
22-10-2014 11:26:12

Gallet Steven

Lycée Saint Thomas D’Aquin, Flers

J’ai choisi de parler du reportage n°9 « Viol, arme de guerre silencieuse en Syrie » qui nous présente une Syrienne réfugiée qui après avoir été emprisonnée sous le régime de Bachar al-Assad pour être l’épouse d’un rebelle a choisi de témoigner à visage découvert. Elle a fait le choix de parler des viols qu’elle a subis en prison ce qui est rare dans une société profondément conservatrice. Évoquer ce sujet devant une caméra c’est briser un tabou. Dans ces pays il faut garantir l’anonymat le plus total pour éviter de se faire arrêter pour avoir parlé d’attouchements ou sévices sexuels dans les prisons du régime. Cette femme a choisi de révéler les atrocités qu’elle a subies en prison. Dans ce reportage elle nous a montré les blessures qu’elle subissait avant chaque viol. Brisée, en pleurs elle nous a dit : « je ne sais même plus combien de fois j’ai été violée » ce qui nous montre que les geôliers cherchent réellement à détruire ces femmes. Brisée, en pleurs elle a dit : « il y a eu une fillette de 13ans qui a été violée devant les yeux de sa mère, la jeune fille s’est évanouie, les hommes l’ont emportée et nous ne l’avons jamais revue, j’espère qu’elle va bien ». Toutes ces femmes qui décident de parler ce sont elles qui vont faire avancer les choses en dénonçant ces horreurs. Grâce aux reporters de guerre leurs voix sont entendues.

Mardi 07/10/2014